LE CHEMIN DE SABLE

The sand path

Slide Slide Slide Slide Slide Slide Slide Slide Slide

Deux images comme deux perceptions d’un même paysage, deux images flottant l’une au-dessus de l’autre grâce à un système d’accrochage précis, deux images qui partagent le même cadrage mais qui se contredisent et se complètent pour ne plus en former qu’une. Ce qui est net sur l’une peut être flou sur l’autre, et pourtant superposés en un seul et même point du résultat perçu par le spectateur. L’œil est forcé de choisir entre les deux images ce sur quoi il veut s’arrêter, ce qu’il veut retenir.

C’est une mise en image du processus de formation des souvenirs. Pourquoi retient-on certaines choses et pas d’autres? Comment se forme la mémoire, qui enregistre sans qu’on puisse le décider sciemment certains détails parfois les plus insignifiants en laissant d’autres dans l’oubli, (même ceux qu’on aurait pourtant voulu conserver précieusement!). La mémoire n’est alors pas un processus de construction mais au contraire une perte continue, une sorte de tamis qui ne retient que quelques fragments d’une vie, quand le reste coule comme du sable entre les doigts.

Two images, two perceptions of a same landscape, and yet slightly different. A transparent image hovers about one half-inch above the other one, sharing the same frame but contradicting the other picture underneath. What is in focus in a picture is blurred on the other, on the very same spot. The eye is forced to choose what it has to focus on, what it wants to keep. 

Is it how memories are made? Why do we remember certain things and discard others? We sometimes register the most insignificant details, forgetting others (including the ones we would have dearly wanted to keep !). Our memory is not something we build over time but on the contrary a continuing loss, some sort of sieve that only holds some fragments of your life, when the rest if flowing like sand between our fingers.